Être ou ne pas être soi.

Encore une soirée devant cet écran à sentir son propre corps battre la chamade. Elle attend. Elle frissonne à l’idée qu’il la voie. Douce, timide sous ses airs d’extravertie, elle guette chacun de ses sourires virtuels. Elle soupire loin de ses mots… Elle relit ses messages en son absence.
Parfois, elle se donne sans compter pour cet homme dont elle connaît le corps par cœur. Elle rêve d’entendre sa voix, sentir la douceur de sa peau, son odeur… Tous ses sens le cherchent malgré la distance. Elle imagine chaque détail qu’elle ne connaît pas.
Ce soir, c’est décidé, elle va oser. Elle laissera son cœur guider ses mots… Cela fait si longtemps qu’elle ne sait comment commencer.
Elle regarde par la fenêtre le ciel étoilé… Elle a aperçu quelques étoiles égarées parmi les Orionides… Un voeu puis l’autre la conduisent jusqu’à lui.
Dans la vitre, son reflet… Elle recommence à ne plus aimer ce corps, blessée par des paroles et des actes qu’elle ne comprend pas… Il faut qu’elle se reprenne aujourd’hui… Éviter de se terrer à nouveau dans ce silence…. Éviter de s’auto saboter une fois encore… Affronter les médisances la tête haute…
Elle regarde ce reflet… Elle refuse de laisser gagner la jalousie mal placée, les jugements… Elle va enfin s’affirmer telle qu’elle est… pour elle… pour lui…
Elle refuse de tout perdre encore. Elle ne s’effacera plus…. Elle ne se taira plus. Elle a le droit d’être… Et elle sera.
Elle regarde ce reflet qui se caresse en douceur. Elle pense à lui, imagine ses mains, ses lèvres. Les mamelons, durcis sous ses doigts, tendent le peignoir en dentelle. Le tissu câline son épiderme à fleur de peau. Ses mains pétrissent ses petits seins délicats… Si seulement c’était les siennes! Elles descendent lentement entre ses cuisses qui s’écartent discrètement. Il est son fantasme, son absolu. Ses doigts agiles caressent son bourgeon gonflé de désir. Ses pensées s’obscénisent à l’idée d’être entre ses bras. L’index se faufile dans son sexe ruisselant. Il quémande son plaisir, avide, intense.
Oubliés les coups dans le dos, les trahisons, elle ne voit plus que son visage, son corps… Elle entend sa voix lui murmurer qu’il la désire… Elle rêve… Elle gémit, s’allonge sur son lit. Doucement, elle sombre dans des vagues de jouissances successives, intenses. Elle explose, bercée par le sentiment d’être à lui…
Aujourd’hui, elle osera… Elle affirmera qui elle est, qui elle aime… bravant les regards déplacés et critiques… Elle est enfin prête…

*Dessin de Maurillo Manara trouvé sur le net… N’hésitez pas à aller voir son travail fabuleux.

4 commentaires sur “Être ou ne pas être soi.

Ajouter un commentaire

    1. Le parfum de l’invisible n’est pas mon préféré de Manara. J’opterais plus pour l’été indien. Merci pour le lien j’y file! Perso, ce que j’aime c’est son coup de crayon et je trouve ses dessins à l’encre d’une grande douceur et sublimant la femme.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :