Sept

Contre mes peurs les plus obscures,
Tes poèmes me murmurent
Que de ton âme, telle une serrure,
Je suis la clé, ton amour pur.

Contre mes craintes de parjures,
Tes mots tendres me rassurent,
Tu t’abandonnes sans armure
Tu me façonnes telle ta sculpture .

Contre chacune de mes blessures,
Tes paroles me procurent
Plus de plaisirs et de luxure
Qu’une banale aventure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :