Cinq

Alors que tout semble limpide,

Nos corps, parfois, se chrisalident

Retour aux sources, terres arides,

Parce que le temps se dilapide.

Rêvant de bras berçant ailleurs,

Nos cœurs murmurent la frayeur

D’être privés de la chaleur

D’un rayon de bonheur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :